12 ordinaire.jpg

 

LE CHRIST EST MAÎTRE DE LA TEMPÊTE

 

 

 

Chers jeunes, chères familles, nous voici rassemblés comme les apôtres réunis par le Seigneur Jésus, invisible à nos yeux, mais présent dans nos cœurs et actif dans les gestes d'amitié et de partage. Avant de nous nourrir du pain de l'eucharistie, nourrissons nos intelligences avec la Parole de Dieu. Ici Jésus parle aux foules en paraboles d’un côté du grand lac. Puis il « passe sur l'autre rive ».  Dans la traversée, en pleine nuit la tempête fait rage alors que Jésus endormi, parait indifférent à la peur des disciples. Et quand il se réveille, il calme la tempête, mais semble reprocher aux disciples de s'inquiéter pour rien alors qu’ils se croyaient presque morts. On dirait bien que les lectures et L'évangile ne sont pas bien adaptés pour des professions de foi. Mais est-ce bien certain ?

La tempête du lac de Galilée est aussi une parabole, une image pour évoquer d'autres tempêtes ! La tempête de la persécution qui risquait d'engloutir la petite communauté. La tempête des discordes et dissensions intérieures à l’intérieur de l’église. La tempête des premiers morts, des premiers martyres, lorsque qu'aucun miracle ne venait arrêter le bras des bourreaux ou la progression d’une maladie.  Les disciples quittent la rive des paraboles, des images, des métaphores, des petites histoires que chacun écoute avec plaisir, comme au catéchisme quand on lit l’évangile.  Jésus les emmène sur la rive de la réalité que désignaient les paraboles... Et c'est une autre affaire ! L'histoire du grain de blé qui doit mourir pour porter fruit, c'est bien... se trouver soi-même dans la situation de souffrir pour l'évangile, c'est tout autre chose.  L'Église ressemble souvent à cette barque ballottée par les flots, ou Jésus est présent, mais silencieux, comme endormi. Persécutions physique ou risque de mort spirituelle, confrontation à un monde et à des questions qui nous secouent, nous déroutent.... Silence de Dieu lorsque la souffrance et le mal paraissent l'emporter ! « Seigneur, ça ne te fait rien que nous périssions ? ». Cette phrase revient à toutes les époques, et jusqu’aujourd’hui

Jésus va, cette fois-ci, calmer la tempête pour apprendre aux disciples que les forces de ténèbres et de destruction n'auront pas le dernier mot, et qu'avec lui, nous arriverons au port. Mais avant, il faut prendre le risque de ramer, dans l’obscurité, avec le vent qui souffle et les vagues qui nous secouent. Il faudra apprendre à affronter les tempêtes sans que Jésus intervienne à chaque instant dans nos vies.  Car la foi, la confiance en Jésus ne donne pas un catalogue de solutions et qui garantirait aux chrétiens une vie qui soit un « long fleuve tranquille ! ». Bien au contraire ! Leur amitié pour le Christ va jeter emmener les disciples dans une aventure dont Dieu seul détient la clé. Ne nous étonnons pas si cela remue et secoue, jusqu'à nous donner parfois l'impression de couler alors que Dieu semble absent. Jésus lui-même, sur la croix, a eu l’impression d’une grande solitude. Le projet de Dieu et son amour pour nous ne se mesurent pas à notre expérience immédiate du bonheur ou du malheur. La seule question est de savoir si les difficultés viennent de notre désir de suivre le Christ, de notre péché, ou sont tout simplement les difficultés normales de la vie.  Mais il faut beaucoup d'amour et de confiance en Dieu pour comprendre et accepter que Jésus semble comme endormis alors que nous souffrons

Comme dans l’évangile « passons sur l’autre rive. Il ne s'agit plus de jouer, de vivre une belle cérémonie... de chanter de beaux chants et d’écouter un beau texte.  Il n'est pas question de cierges, de photos et de dragées, même si tout cela a son importance. Il s'agit de Dieu et du chemin de la vie éternelle. Si nous sommes dans la joie, c'est à cause de notre espérance en l'amour de Dieu, et de la certitude que son amour ne nous lâchera jamais. Je peux au cours de ma vie vivre bien des situations, qui me plaisent ou m'inquiètent. Successivement enfant, ado, adulte, riche ou pauvre, seul ou marié, malade ou en pleine santé... Je vais vivre plein de choses, heureuses ou tristes, passionnantes ou difficiles. Il y aura des tempêtes, des échecs, des blessures.  Mais l'important est de me rappeler qui je suis aux yeux de Dieu. Que le Seigneur nous donne suffisamment de confiance en lui pour ne jamais douter de son amour pour nous, même quand il semble se taire et que le monde paraît vaciller. C’est cela notre foi, c’est cela que nous affirmons ensemble, c’est cela qu’il faut partager avec les copains.

Paroisse de Saint Memmie              Diocèse de Châlons en Champagne