PAROISSE DE SAINT MEMMIE
" Sur les pas de Saint Memmie "

VERS LA MAISON DU PERE

 

                                       La toussaint prochaine est bien particulière. La fête de la naissance, au-delà de la mort, à la pleine vie de  Dieu s’accompagne plus que jamais de bien des souffrances et des inquiétudes, pour soi-même ou pour les siens. En      plus du COVID, des récents évènements dramatiques rappellent combien la vie et la mort ont peu de poids face à des pensées déshumanisées, extrêmisée… On avance caricature contre caricature. En oubliant parfois que ce l’exercice d’une liberté des uns est une blessure pour d’autres. Peut-on bâtir un monde fondé sur les rapports de force et le mépris du différent, réduit à ce que nous le pensons être ? Peut-on s’étonner que des esprits faibles, fragiles, en friche religieuse, s’engouffrent dans la brèche ? Qui leur a dit que la croyance en l’au-delà de la vie s’accompagne en ce monde d’un entrainement à aimer éternellement, si telle est notre vocation ?

L’encyclique Fratelli tutti, « Tous frères » parue il y a quelques jours, est prophétique. Elle ne nous présente pas un avenir donné d’avance, mais les conditions pour qu’il y ait un avenir humain. Il faut une fraternité qui dépasse les rapports de force et les mentalités mercantiles, qui veut aller plus loin que les prières et les bonnes intentions et l’apitoiement facile, pour se confronter à ce que signifie réellement une fraternité au niveau des personnes, des sociétés et des états. « Tous saints » est un programme, et non une évidence, et se traduit par « tous frères ».

Face à cela, une certaine conception de la sainteté est dangereuse, quand elle veut séparer les « purs » et les « impurs », en substituant à Dieu. Nul, sinon Dieu, ne peut connaître le cœur humain et déclarer digne ou indigne du salut et de la Vie éternelle. Jésus ne tue pas les pécheurs, il donne sa vie pour eux. Sa sainteté ne consiste pas à se protéger de l’autre, mais à s’en rapprocher pour « aimer et servir ». Nous, ses disciples, ne pouvons que suivre celui qui nous parle d’un Dieu père et d’une humanité fraternelle. Certes, il y a de nombreuses places dans la maison du Père, mais il n’y a qu’une seule table.

Père Jacques WERSINGER

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                

                                                                                                                               

Paroisse de Saint Memmie              Diocèse de Châlons en Champagne

  • facebook-square
  • Twitter Square
  • Google Square

ANNONCER A TOUS LA BONNE NOUVELLE

Monseigneur Gilbert LOUIS

Evêque de Châlons