LE TEMPS DU CARÊME 

Temps de la pénitence

et de la conversion

jesus marche sur l'eau.png

Fête de tous les saints 2020 
 Mauvaises nouvelles et Bonne Nouvelle.

                                                                             Les « mauvaises nouvelles » marquent l’actualité nationale et internationale. Entre la                                                                                         reprise de l’épidémie et ses conséquences à tous niveaux – économiques, relationnelles,                                                                                 etc… et les crimes perpétrés « au nom de Dieu », beaucoup sont profondément                                                                                                 insécurisés, craignant pour eux-mêmes ou pour leurs proches, vivant parfois un                                                                                                 isolement physique, moral, spirituel.

                                                                            Ces mauvaises nouvelles immédiates se conjuguent avec d’autres, structurelles, qui ne                                                                                    disparaissent pas…  Drames des réfugiés, tensions internationales, minorités opprimées                                                                                  dans certains pays… détresse des sans-abri, déprime, difficultés familiales, dérèglement                                                                                  climatique, etc. D’une certaine manière, il n’y a rien de nouveau au plan mondial.

   La différence, c’est que nous sommes directement touchés dans notre chair, et qu’il y a un  effet « cumulatif ». Cela engendre un           profond malaise dans un Occident marqué la  conviction que « les lumières de la raison » et les réponses techniques et politiques       solutionnent tout.

   Ce catalogue de mauvaises nouvelles peut développer l’égoïsme des uns, la désespérance des autres… On dénombre les victimes         de la COVID, mais il faudrait aussi compter ceux qui meurent par perte de l’envie de vivre.   

   Bien entendu, nous partageons les joies et les espoirs, les tristesses et les peines de notre monde, comme le disait Vatican II. Parce     que nous en sommes solidaires. Comme Jésus pleura avec ceux qui pleuraient son ami Lazare. La sainteté chrétienne nous porte, à     l’image du Christ, à porter les souffrances de notre monde. Dans nos eucharisties, la « prière universelle » est bien une ouverture         de nos cœurs à plus large que nous… La fraternité universelle à laquelle nous invite le Pape implique une « sensibilité universelle ».     Nous pleurons même aussi sur les assassins et prions pour leur conversion, comme le fit si bien Thérèse de Lisieux,

   Mais notre solidarité profonde avec notre monde exige plus que des pleurs et des supplications. Il faut aussi et surtout que nous         témoignons de la joie et de la charité et de l’espérance chrétienne. Car nous n’avons pas de plus beau cadeau à offrir. « Dans la             tempête », il faut se rappeler qui nous sommes et en qui, en quoi nous croyons.  C’est exactement la situation des apôtres                     embarqués eux aussi en pleine tempête dans une barque prête à sombrer, et hurlant de frayeur, alors que le Seigneur semble             dormir, ou même absent. Cet épisode illustre bien ce que vivaient les communautés chrétiennes à ce moment-ci dans tout                   l’Empire. Un temps d’épreuve que saint Jean développera dans ses visions de l’Apocalypse, allant jusqu’à dire que par peur, « les           hommes chercherons la mort » (Ap 9). La réponse du Christ est claire : « n’ayez pas peur ! »

 

   Des chrétiens dans l’épreuve à cause des autres, dans l’épreuve avec les autres, ne peuvent se contenter de se rassurer                           personnellement en pensant au Ciel : ils sont les ambassadeurs du Ciel. Choisi par Die   u non pour être à l’abri des malheurs, mais     pour être – au milieu des tempêtes, les messagers de la bonne nouvelle. Envoyés par le Père « qui a tant aimé le monde qu’il a             donné son Fils ». Comme les disciples d’Emmaüs ils sont invités à retourner, malgré la nuit, dire que l’histoire n’est pas ce qu’on             croyait, que le jour a vaincu les ténèbres et que la mort peut être dépassée, débordée, vaincue par l’amour.  Nous croyons que « les     autres », si dangereux soient-ils, sanitairement ou idéologiquement, restent des frères à aimer et secourir. Nous croyons que le           pire des virus reste l’orgueil et le mépris. Jésus disait : « ne craignez pas ceux qui ne peuvent que tuer le corps… craignez plutôt ce         qui peut tuer l’âme… »

    Pendant un temps long nous ne célébrerons pas l’eucharistie ensemble. La fête de la Toussaint marque pour nous le début d’un          nouveau confinement, dont nous savons avec certitude qu’il durera au moins quatre semaines. Peut-être fêterons-nous Noël                ensemble, dans la chaleureuse ambiance de nos églises bondées. Peut-être serons-nous alors déconfinés, mais avec des règles            qui obligeront à multiplier les horaires de messe pour respecter les distances entre personnes. Peut-être serons-nous, selon                  l’évolution de l’épidémie, obligés de rester à la maison, et de vivre Noël chacun chez soi. Mais cela n’empêche pas d’être reliés par          un profond lien spirituel, tout comme ces chrétiens qui dans certains pays furent privés de rassemblements et d’eucharistie                  pendant des années, mais vivaient chaque jour, en chaque rencontre, leur union à l’Eglise et au Christ.

                                                                         Nous tâcherons, les semaines qui viennent, de vous donner des nouvelles, des textes de                                                                                 méditation, etc. De plus, nous célébrerons chaque jour à vos intentions (indiquez-nous les                                                                               par courriel), et n’hésitez pas à nous téléphoner (de préférence sur nos portables) si vous                                                                               voulez échanger.

                                                                         Rappelons enfin que la vie spirituelle, si elle doit se manifester par des échanges avec les                                                                                 autres, est d’abord une vie « intérieure ». L’exemple de sainte Thérèse, patronne des                                                                                         missions et religieuse cloitrée, mais aussi de malades de nos paroisses qui cloués sur un lit                                                                             de douleur gardent espérance et prient pour les autres, nous invite à approfondir cette                                                                                   vérité fondamentale : les sources profondes de la paix et de la joie sont en nous. Et nous                                                                                 sommes aujourd’hui, là où nous sommes, invités à être dans l’Esprit, la parole et la main du                                                                           Christ qui éclaire, rassure, relève.  Et si nous sommes cloîtrés, que les moyens modernes de                                                                           communication, qui peuvent faire tant de mal, soient aussi, grâce à nous, les médias de la                                                                               bonté et de l’espérance.

Chers paroissiens, chers frères et sœurs, que le Dieu de l’Espérance et de la paix soit avec vous tous.

 

                                                                                                                                         P. Jacques Wersinger et Théophile Mampuya

Pour rester en lien :  n’hésitez pas à communiquer vos mails à la paroisse pour recevoir des infos

pensant.jpg

Paroisse de Saint Memmie              Diocèse de Châlons en Champagne