Communiqué n°7 de Mgr Touvet, en date du 6 mai à 16 h 00

 

Au clergé et aux fidèles du diocèse de Châlons

Il y a presque 2 mois, la population française a été placée en confinement strict, comme dans beaucoup d’autres pays du monde.

Faisant preuve de civisme et de loyauté, les catholiques se sont soumis à l’interdiction des rassemblements, y compris les Dimanches et pendant la Semaine Sainte. Je tiens à saluer la sagesse de chacun malgré le poids de souffrance et de frustration que cela a pu engendrer, tant chez les pasteurs que chez les fidèles.

Pour autant, nous ne sommes pas restés inactifs et n’avons pas mis notre foi et notre charité en confinement. Des retransmissions ont permis de vivre le mieux possible les prières de l’Église. De très nombreuses initiatives ont émergé, faisant apparaître que la charité évangélique est le meilleur geste-barrière contre les virus de peur, de haine, de violence et d’indifférence. Je remercie chacun et chacune d’entre vous pour ce déploiement d’initiatives qui devront continuer et se développer, comme nous l’avons déjà fait pour l’accueil des migrants depuis 2015, tellement la crise économique et sociale s’annonce dure et durable.

Dans le cadre d’un dialogue franc avec le gouvernement, les évêques de France ont proposé un « plan de déconfinement » le 24 avril dernier, disant notamment qu’il leur semblait « essentiel que la vie ecclésiale puisse retrouver son caractère pleinement communautaire au même rythme que la vie scolaire, sociale et économique de notre pays à partir du 11 mai 2020 ». Les évêques s’engageaient à mettre en œuvre toutes sortes de mesures de prudence sanitaire. Il n’en a pas été tenu compte. Je vous prie de croire que tous les évêques de France ont manifesté leur étonnement ou leur mécontentement, tout en cherchant à garder le contact avec les autorités.

La liberté de culte n’est pas la liberté de réunion : si cette dernière peut être restreinte par l’État à cause d’une épidémie, la première est constitutionnelle. D’aucuns, comme moi, ne comprennent pas bien cette forme d’ingérence de l’État qui consisterait à interdire les cérémonies religieuses alors que l’accès aux commerces, aux écoles, aux transports en commun serait autorisé. Dans sa déclaration sur la liberté religieuse, le concile Vatican II affirmait avec force : « ces communautés sont en droit de jouir de cette absence de contrainte afin de pouvoir se régir selon leurs propres normes, honorer d’un culte public la divinité suprême » (Vatican II, Dignitatis Humanae §4).

Animé par le souci pastoral, et sans oublier l’esprit civique, je vous fais part de quelques décisions que j’ai pu mettre au point avec les membres du conseil épiscopal et qui entrent en vigueur le 11 mai 2020. Elles demeurent susceptibles d’être modifiées, adaptées ou annulées selon l’évolution de la situation et des décisions gouvernementales.

Le pape François disait le 29 avril dernier : « Prions le Seigneur pour qu’il donne à son peuple la grâce de la prudence et de l’obéissance aux dispositions […] afin que la pandémie ne revienne pas ». Je demande à chacun une discipline collective qui engage la crédibilité de notre Église. Il nous faut obéir avec intelligence et inventivité, dans le respect du droit et faisant valoir nos droits, dans une attitude juste et mesurée entre la rébellion qui ne servirait à rien, et une soumission exagérée qui irait au-delà de ce qui est demandé.

1/ Calendrier

– Le pèlerinage diocésain à L’Épine a déjà été reporté au samedi 10 octobre. Mais pour prier ensemble, un rendez-vous en ligne est proposé le dimanche 10 mai à 17h00, sur chalons.catholique.fr et les antennes de RCF. Je célébrerai le couronnement de Notre-Dame de L’Épine, puis le chapelet sera animé par le Mouvement Chrétien des Retraités, suivi de témoignages de personnes de tout le diocèse.

 

– La Messe chrismale sera célébrée comme prévu à la cathédrale le mardi 26 mai à 18h30, mais à huis clos comme pendant la Semaine Sainte. Elle sera retransmise en direct sur internet et RCF. Dans les jours qui suivront, je me rendrai moi-même dans les paroisses pour remettre aux curés les saintes Huiles au cours d’un bref temps de célébration avec 8 personnes qu’il aura invitées.

Les prêtres et diacres renouvelleront devant l’évêque les engagements de leur ordination lors d’une messe qui sera célébrée, si tout va bien, à la cathédrale le lundi 29 juin à 18h30 à laquelle tout le peuple de Dieu sera convié. En cette fête des saints Apôtres Pierre et Paul, nous rendrons grâces pour la fidélité des prêtres et diacres jubilaires.

– L’Initiation chrétienne des adultes (Baptême, Confirmation, Eucharistie) ne pourra très probablement pas être célébrée la veille de la Pentecôte. À notre connaissance, la décision de rendre possibles ou non les célébrations à partir du 29 mai sera prise quelques jours avant seulement, ce qui ne nous permet pas d’envisager sereinement leur bonne organisation. Le Service du catéchuménat et les curés concernés choisiront donc une date postérieure, en dialogue avec chaque catéchumène, et en informeront l’Ordinaire (évêque ou vicaire général). La célébration se fera dans le cadre paroissial, et non privé, dans le respect des normes sanitaires en vigueur à cette date.

– Toutes les Confirmations de jeunes et d’adultes prévues d’ici l’été sont reportées au Samedi 26 septembre à 10h00 à la cathédrale. Les rencontres des confirmands avec l’évêque seront reprogrammées au cas par cas. Je recommande aux responsables et animateurs des groupes de permettre aux confirmands de se retrouver, soit en nombre inférieur à 10, soit par visio-conférence, pour prier ensemble, se soutenir et poursuivre la préparation.

– Il revient aux curés de paroisse, avec leurs équipes de conduite et les familles, de prendre les décisions de report, de préférence à l’automne, concernant les 1ère communions, les professions de foi, les baptêmes et les mariages.

– Une neuvaine de préparation à la Pentecôte sera proposée à partir de l’Ascension, chaque jour sur facebook.com/diocesedechalons

 

– Les pèlerinages prévus d’ici l’été à Sainte Anne d’Auray, Paris-Montmartre, Mont Sainte-Odile, et le pèlerinage diocésain à Rome début octobre sont tous annulés, comme le pèlerinage national des servants d’autel fin août.

 

–Les remplacements d’été par des prêtres venus de pays hors espace Schengen ne seront pas possibles.

2/ Ouverture des églises :

– Les églises restent ouvertes et on peut s’y rendre librement. Il est demandé de veiller à respecter la distance physique entre les personnes. Je souhaite vivement que chacun puisse retrouver le chemin de l’église paroissiale, et recommande donc aux fidèles de prendre du temps pour s’y arrêter, lire la Parole de Dieu, prier devant le Saint-Sacrement qui pourra être exposé par le prêtre ou le diacre à des horaires annoncés.


Les petites chapelles et oratoires exigus resteront fermés, sauf pour les communautés religieuses confinées.

Jusqu’à preuve du contraire (cf décret 2020-293 du 23 mars 2020), seules les cérémonies funéraires sont autorisées dans les lieux de culte dans la limite de 20 personnes. Tant qu’un nouveau décret n’est pas paru, je demande à chacun de respecter ces dispositions. Il ne m’est pas possible de m’appuyer sur une seule phrase prononcée par le Premier Ministre devant la représentation nationale. Le texte juridique écrit sera objectivement la référence et nous l’appliquerons tant qu’il ne sera pas modifié ou même annulé par le Conseil d’État suite à un éventuel recours.

– La célébration des Obsèques est toujours possible dans les mêmes conditions, avec 20 personnes maximum, soit dans l’église soit au cimetière, selon les termes du décret 2020-293 art 8 du 23 mars 2020. Il n’appartient pas aux pompes funèbres d’écarter la possibilité de célébrer à l’intérieur de l’église. C’est à la famille d’en décider avec la paroisse, et tout abus sera signalé à l’Ordinaire. Pendant la cérémonie, seul l’officiant bénit le corps avec le goupillon.

3/ Rencontres

– Devant la grande incertitude concernant l’ouverture des établissements scolaires, les rassemblements d’enfants et de jeunes pour la catéchèse et l’aumônerie ne reprendront pas avant l’été, quel que soit l’effectif. Le service de catéchèse et la pastorale des jeunes veilleront à offrir des activités et réflexions par internet et tout autre moyen approprié. Les responsables paroissiaux y veilleront aussi très attentivement pour les enfants et jeunes qui préparent leur 1ère communion, profession de foi ou Confirmation.

– Les réunions d’adultes sont possibles sans dépasser 10 personnes et en respectant les normes sanitaires. Considérant le vaste espace disponible, les églises sont aussi des lieux de réunion adéquats où chacune des 10 personnes autorisées peut bénéficier de 4 m2, ce qui est impossible à domicile.

– Il est possible de célébrer le sacrement de pénitence et réconciliation, sous la forme d’une rencontre individuelle, en gardant la distance physique d’au moins 1 mètre, et en portant un masque. Je recommande aux prêtres d’organiser des permanences en évitant tout attroupement.

4/ Questions financières :

– Les paroisses et le diocèse connaissent un manque à gagner très important depuis le début du confinement.
Tout en mesurant le fait que des personnes sont mises en difficulté économique par l’absence de travail, je rappelle qu’il est possible de donner à la quête par voie électronique : http://chalons.catholique.fr/la-quete-numerique/

 

– De plus, j’invite tous les fidèles à confier leurs intentions de prière aux prêtres qui continuent de célébrer l’Eucharistie. Les offrandes de messe (18€) leur apportent un complément significatif à leur traitement mensuel.

5/ Propositions caritatives :

L’Eucharistie est la “source et le sommet de toute la vie chrétienne” (Vat II, Lumen Gentium §11) qui ne se résume pourtant pas à elle seule.
J’invite les chrétiens du diocèse, les paroisses et les mouvements à faire preuve d’inventivité pour mettre en œuvre la charité évangélique à travers des actes concrets dictés par la situation inédite dans laquelle nous sommes. Outre les visites téléphoniques et de voisinage, pourquoi ne pas donner un ordinateur en surplus, offrir du soutien scolaire, proposer des “petits boulots” domestiques, distribuer de l’alimentation … ?

Alors que nous entrons dans le « mois de Marie », je vous invite, comme nous le ferons ensemble le 10 mai, à invoquer paisiblement Notre-Dame de L’Épine, notre Mère et protectrice. Avec Elle, nous nous préparons à accueillir le don de l’Esprit en ouvrant nos cœurs à la grâce que le Seigneur nous accorde pour vivre ces temps d’épreuve et demeurer des prophètes de l’espérance.

                                                                                                                                                                       François Touvet 
                                                                                                                                                                       Évêque de Châlons 

Paroisse de Saint Memmie              Diocèse de Châlons en Champagne

  • facebook-square
  • Twitter Square
  • Google Square

ANNONCER A TOUS LA BONNE NOUVELLE

Monseigneur Gilbert LOUIS

Evêque de Châlons