Communiqué n°1 du 5 novembre 2020 

État d’urgence sanitaire et Vigipirate “urgence attentat” 

 

Aux prêtres, diacres, religieuses et baptisés du diocèse 

Chers amis, chers diocésains, 

Alors que le monde connaît ce qu’il convient d’appeler une « seconde vague » dans la crise sanitaire du Covid 19, notre pays est à nouveau en confinement, avec toutes les conséquences que cela suppose sur nos vies personnelle, professionnelle, ecclésiale. À cela s’est ajouté le climat de violence et de terreur provoqué par des attentats en série. L’angoisse, la peur, le désespoir guettent chacun.  

Ce mois de novembre, toujours sombre, le sera plus particulièrement cette année. Je souhaite vous redire avec force mon espérance qui vient de Jésus ressuscité. Dieu a vaincu la mort au matin de Pâques, et continue de la vaincre chaque jour par notre témoignage, notre offrande, nos réconciliations, nos services, notre prière. Avec une pensée toute particulière pour les personnes seules, malades, âgées, mais aussi pour le personnel soignant et les forces de l’ordre et les soldats, je vous invite à prendre le livre des Évangiles et à le lire comme une prière, comme si vous buviez à une source d’eau fraîche. Vous pouvez aussi vous joindre à toutes les communautés religieuses et faire de votre domicile un petit monastère, redoublant de vigilance dans la prière. C’est le moment favorable aussi pour prendre connaissance du projet missionnaire diocésain “Prophètes de l’Espérance” (disponible à l'évêché) et de réfléchir aux propositions que je fais pour notre Église diocésaine. Sans oublier de donner votre temps aux plus démunis, fragiles, pauvres et délaissés en déployant des services concrets et en maintenant le contact par tous les moyens possibles. Ce mois de novembre nous conduira à l’Avent pour que nous préparions ensemble la venue du Sauveur. Nous verrons comment tout cela sera possible. 

Plus que jamais, par des actes autant que par des mots, il nous est demandé de vivre cette crise en chrétiens : responsables, ouverts, solidaires, lucides et loyaux à la fois. Mis à part sur des sujets très graves pour lesquels nous avons le droit à l’objection de conscience, la voie chrétienne véritable est celle d’une citoyenneté active et responsable, respectueuse des lois et des institutions. Nul n’a le droit de s’affranchir des mesures prescrites. Je peux témoigner, sans avoir été atteint de façon grave, que ce virus est méchant. Toute la doctrine sociale de l’Église place le service de l’autre et le bien commun avant les préférences et agacements personnels. Comme chacun de vous, je suis gêné par tel ou tel point (et cela varie d’une personne à l’autre), mais je le redis avec force : nous devons être exemplaires dans nos comportements en toute circonstance ; c’est un témoignage de notre foi, un acte missionnaire. 

C’est dans ce contexte et dans cet esprit que, après plusieurs jours d’hésitation et d’atermoiements dans les consignes officielles, je vous communique quelques éléments de réflexion et décisions que je vous demande de vivre le plus sereinement possible. 

 
1) Mesure sanitaires générales (voir le décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020) 

  • Le confinement vaut pour tous, et particulièrement pour les personnes “à risque” parmi lesquelles celles âgées de plus de 70 ans. On évite donc les sorties, et surtout les occasions de rencontrer quelqu'un. 

  • Pour les quelques activités qui restent possibles, les mesures barrière doivent encore et toujours être respectées, sans exception aucune : distance, masque, gel, aération des locaux etc. 

  • Les réunions prévues sont annulées partout et jusqu’à nouvel ordre, sauf à se tenir en visio-conférence ou conférence téléphonique. 

  • Les personnes “à risque” et/ou âgées de 70 ans et plus (y compris les prêtres) éviteront le plus possible (selon la Haute Autorité de Santé) de participer à la célébration ou à l’animation des obsèques ou de la catéchèse. 

  • Les prêtres disposent d’attestations spécifiques leur permettant de se déplacer et d’assurer leur ministère dans le respect des conditions actuelles 

  • L’évêché n’est ouvert que l’après-midi, et seulement pour des raisons sérieuses et nécessaires. Tout ce qui peut être fait à distance et en vidéo doit l’être. 

 

2)  Sécurité des lieux et des personnes 

  • Paris, Conflans, Nice, Kaboul, Vienne, et des manifestations ou prédications anti-françaises à travers le monde. Le temps est malheureusement à la plus grande prudence à cause de la plus grande violence. La France et les Français, l’Église et les chrétiens sont des cibles pour des personnes déséquilibrées ou des terroristes islamistes patentés ou non. Qu’il s’agisse d’actions mûrement préparées ou d’actes improvisés, par imitation ou opportunité, le danger et la menace sont là. En conséquence, évêché, presbytères et tous les lieux d’Église doivent dès maintenant être fermés à clé, et la porte ouverte uniquement aux personnes connues ou de confiance. Avant d’ouvrir à des inconnus, assurez-vous de leur identité et de la nature de leur visite. Une affiche est disponible (voir pièce jointe). 

 

  • Les églises peuvent rester ouvertes (sauf la cathédrale à la demande du ministère de la culture), et je suggère qu’elles le soient dans la mesure du possible. En ville surtout, ou dans les bourgs-centre, je propose différentes actions accessibles aux chrétiens habitant à proximité : exposer le Saint-Sacrement, y faire entendre des enregistrements de musique sacrée, accueillir (avec distance et gestes barrière) pour une confession etc., On veillera évidemment à garder la plus grande prudence, et à communiquer les horaires des permanences à la police ou à la gendarmerie. Tout comportement anormal doit être signalé, ainsi que tout colis abandonné. Nous sommes en période "Vigipirate urgence attentat”, et aucun lieu n’est à l’abri. S’assurer de sa propre sécurité et de celle des autres est aussi un acte de charité. 

3) Célébrations en public 

  • En attendant le résultat du recours “référé-liberté” déposé par le président de la Conférence des évêques de France devant le Conseil d’état, et examiné ce jeudi 5 novembre, seules sont autorisées les obsèques avec 30 personnes maximum (hors personnel des pompes funèbres). Toute autre célébration en public est interdite, même dans de petites chapelles ou autres lieux... Certaines tentatives de passer en force lors du premier confinement ont causé du tort à toute la communauté chrétienne : elles ne doivent pas se reproduire. Je viens déjà de refuser au même groupe de personnes âgées une quelconque dérogation.  

Art. 47. – I. – Les établissements de culte, relevant de la catégorie V, sont autorisés à rester ouverts. Tout rassemblement ou réunion en leur sein est interdit à l’exception des cérémonies funéraires dans la limite de 30 personnes. 

II. – Toute personne de onze ans ou plus qui accède ou demeure dans ces établissements porte un masque de protection. 

L’obligation du port du masque ne fait pas obstacle à ce que celui-ci soit momentanément retiré pour l’accomplissement des rites qui le nécessitent. 

III. – Le gestionnaire du lieu de culte s’assure à tout moment, et en particulier lors de l’entrée et de la sortie de l’édifice, du respect des dispositions mentionnées au présent article. 

  • Je remercie tous les prêtres qui continuent de célébrer l’Eucharistie tous les jours, seuls ou en communauté de lieu de vie, priant pour tout le peuple de Dieu et intercédant pour la paix en notre nom à tous. Que chacun n’hésite pas à leur confier des intentions de prière en leur envoyant les honoraires correspondants (18€/messe). 

4) Catéchèse, aumônerie, réunions pastorales 

  • La catéchèse et l’aumônerie restent possibles uniquement dans le cadre scolaire au sein des établissements catholiques, seulement pour les élèves dudit établissement, en évitant le brassage d’élèves de classes différentes. En-dehors (salles paroissiales ou églises), elles sont suspendues. 

  • Réunions, rassemblements, veillées, et toute autre activité supposant de se regrouper, sont interdits. 

  • Toutes les salles de réunion de l’évêché, de L’Épine et des paroisses sont fermées au prêt et à la location. 

  • Des propositions seront faites tant au niveau paroissial que diocésain, pour poursuivre notre vie ecclésiale et vivre en communion de prière. Vous en trouverez le détail sur le site Web du diocèse : https://chalons.catholique.fr et sur l’appli diocésaine “Eklesi’app” (lien sur le site du diocèse). 
     

Si vous êtes porteur d’une proposition non répertoriée, merci de la signaler à sedicom@chalons.catholique.fr 

 

On peut déjà noter les rendez-vous suivants : 

Messe du Dimanche : le diocèse a fait le choix d’une seule célébration à huis-clos retransmise sur internet, les réseaux sociaux. Le Dimanche 8 novembre à 10:00 depuis Sainte-Menehould avec le Père Joël Morlet (sur RCF à 17h) Selon la décision du Conseil d’État, ces dispositions pourront évoluer prochainement. 

Méditation de l’Evangile du Dimanche pour les enfants proposée chaque semaine par le Père Jacques Wersinger  

Prière pour les vocations : retransmission sur internet, les réseaux sociaux et sur RCF le vendredi 6 novembre à 19h30. 

Propositions pour tous les âges faites par différentes paroisses et services du diocèse. 

Adoration eucharistique (confessions possibles) : à ND en Vaux le mercredi de 18:00 à 20:30 et le samedi de 10:00 à 12:00 

Diffusion de « Parvis » : dans les boites aux lettres au cours de la promenade (paroisses), dans les écoles catholiques (stock disponible à l’évêché) 

Visites aux personnes âgées dans les EHPAD, selon les normes en vigueur 

Visites téléphoniques aux personnes isolées, malades, âgées, et aux migrants connus 

Courses alimentaires pour les personnes âgées 

Calendrier de l’Avent : disponible pour les paroisses et les écoles catholiques à l’évêché 

Quête en ligne pour votre paroisse : https://quete.catholique.fr 

 

Je rappelle que la Mission « communication et nouvelle évangélisation » est au service de tous pour enregistrements vidéo (studio aménagé à l’évêché), émissions RCF, animations sur web et réseaux sociaux. Prendre rendez-vous à l’évêché. 

 

De tout cœur je tiens à exprimer à chacun ma proximité amicale et pastorale. Les temps que nous vivons sont rudes. Nous pouvons les vivre en pensant à ceux qui connaissent la famine, l’exil, le chômage, la guerre, les catastrophes naturelles et leurs conséquences. Nous prions pour tous les malades, et ceux qui approchent de la mort. Nous confions au Seigneur le monde entier et lui demandons, tout spécialement le 11 novembre, la grâce de la paix. 

Je vous invite à devenir avec moi des “prophètes de l’espérance”.  

Que Dieu, dont Jésus nous révèle le visage et dont l’Esprit nous fait goûter l'amour, vous bénisse et vous garde. 

 

                                                                                                                                                                                                                                  +François Touvet 

                                                                                                                                                                                                                    évêque de Châlons

                                                                                                                                                                  

Paroisse de Saint Memmie              Diocèse de Châlons en Champagne

  • facebook-square
  • Twitter Square
  • Google Square

ANNONCER A TOUS LA BONNE NOUVELLE

Monseigneur Gilbert LOUIS

Evêque de Châlons